Le Pic d’ORHY 2017m

19 Novembre et première neige au soleil pour ce formidable belvédère basque dont l’ascension bien que rapide peut surprendre. Le groupe de 10 va très vite s’apercevoir que les conditions ensoleillées nécessitent le « cramponnage »mais comme il est un peu éparpillé, quelques égarements peuvent s’en suivre. Et plutôt que d’entendre le coup de gueule de l’encadrant qui n’a pas eu lieu sur place, apprenez donc sa complainte murie  d’aujourd’hui.

« Complainte de l’encadrant dépité

Refrain

Misère, Misère,
C’est toujours sur le pauvre encadrant
Que tu t’acharnes obstinément,

 

Misère, Misère,
Ayez pitié de ce pauvre encadrant,
Priez, priez pour ce pauvre innocent,
Qui pleure de subir le spectacle étiolé,
D’un groupe par lui invité à se régaler,

 

Misère, Misère,
Sortie après sortie votre encadrant,
Se doit de répéter machinalement,
Qu’il faut rester groupé ou groupé rester,
Pour être ennuyé moins, moins ennuyé,

 

Misère, Misère,
Ce pauvre malheureux encadrant,
A qui tous les bienveillants, bien-pensants,
Reprocheront même un coup de gueule non poussé,
Pourtant tant et tant de fois livré, délivré par le passé,

 

Misère, Misère,
Et tous ces sympathiques baguenaudant,
Oublient vite le signal implicite du ralliement,
Font leur itinéraire un peu paumé,
Sans retenue, ni chemin, ni boussole, bien mal éclairés,

 

Misère, Misère
Ils avancent parfois dans les cailloux fuyants,
Souvent dessous et dessus, d’autres fois aussi devant,
Provoquant la fureur contenue et piégée,
Du Saint Bernard qui accourt dès qu’ils sont empêtrés,

 

Misère, Misère
De grâce, ne jetez pas la pierre à ce pauvre encadrant,
Je le suis derrière, maintenant penaud et tout sanglotant,
Car à la place de l’offrande et l’amour des montagnes partagées,
J’ai trouvé un jour cauchemar, la fête des Innocents par tous bien gagnée.

 

Misère, Misère,
C’est toujours sur le pauvre encadrant,
Que tu t’acharnes obstinément… »

..

Et donc nous sortîmes en crête assez groupés finalement, dans un coup de vent surprenant et violent. Le vent va ensuite jouer à cache-cache, car l’objectif est de rester sur la ligne frontalière vers le sud et le port de Larrau. Quelques passages un peu techniques, de la pente à gérer et nous arrivons sans réelles difficultés à l’Orhy Chipia (chipia = « petit » en basque). Juste avant le sommet, se trouve en contrebas, un herbage protégé pour la pause. Le Chipia se termine un peu en falaise et les conditions demanderont de l’esquiver côté Espagne. Le déjeuner se termine, alors le vent vient nous déloger empêchant une sieste promise. On repart dans l’esquive du Petit Orhy et après un bref retour en crête plein sud, on descendra sur le contrefort plein Est. De cette crête, il sera mal aisé de rejoindre une belle trace, cette fois au nord vers le col d’Erromendi, car le passage est très gelé. Une fois le ravin d’Harluthouaka atteint, on défait les crampons.

Belle journée, conditions magnifiques un peu rugueuses par le vent, le plaisir de la neige, de la course en crampons. Belle tenue du groupe malgré une entame qui oublie les fondamentaux.

Merci Nicole pour les crêpes !

Antoine

Les photos d’Antoine, JB et Dan  par ici .

 

compteur pour site

aspttbanniere-webrunning-tour-2017300x250px06animegif
 
aspttbanniere-webrunning-tour-2017300x250px06animegif