26 Mars au 1er Avril Séjour raquettes dans le Queyras

Après un voyage mouvementé d’abord sous une pluie battante et enfin sous une neige abondante nous sommes à pied d’œuvre dans le charmant village de Saint Véran.
Dimanche 26 mars : Surprise le village est enfoui sous 40 à 50 cm de neige fraîche! Nous sommes obligés de modifier le programme et nous contenter de monter jusqu’à la Chapelle de Clausis sur l’itinéraire du refuge de la Blanche; pendant deux heures, il faut faire la trace mais heureusement des skieurs puis des raquettistes et ensuite la moto neige du refuge finiront par faire une trace confortable surtout au retour au gîte de Saint Véran.
Lundi 27 mars: Il fait beau, la trace est faite, consolidée par le regel nocturne, c’est un jeu d’enfant de parvenir au refuge de La Blanche pour le repas de midi pris en terrasse (un « frichti » délicieux). Gonflés par la beauté du site dominé par la Tête des Toillies nous montons au col de Saint Véran (2844m) puis au pic de Caramantan (3025m) où nous avons un premier aperçu du Monte Viso (en attendant cet été?).Retour au refuge dans une neige devenue profonde.
Mardi 28 mars : Toujours beau, il y a maintenant des traces un peu partout et notamment sur l’itinéraire de la Rocca Bianca (3059m) que nous manquons de quelques mètres, le couloir terminal, vierge de toute trace, nous paraissant suspect. On se rabat sur le col de Blanchet (2897m) et au-delà des 3000m sur la crête sud de la Rocca où nous déjeunons au soleil versant italien au-dessus du vallon de Chianale.
Mercredi 29 mars: Journée mémorable: pour joindre le refuge du col Agnel on nous déconseille le tracé direct par le col de Chamoussière réputé raide sur un versant nord. Dans ces conditions nous décidons de faire le tour par le col Blanchet, le vallon de Chianale et la montée sur le col Agnel par le versant sud côté italien. Belle promenade mais sur le versant sud la neige ne porte pas, il fait très chaud, ça manque d’eau! Nous arrivons au refuge un peu éprouvés mais après la binouze, la douche, le repas et une nuit réparatrice nous sommes prêts à repartir.
Jeudi 30 mars: Etape courte mais somptueuse qui commence par l’ascension du col de l’Eychassier (2917m) se poursuit par une descente dans le vallon de Bouchouse et une remontée facile au col Vieux à tel point que l’on prolonge un peu en direction du Pain de Sucre qui parait à notre portée .Mais prudence! On ne voit comment c’est plus haut, on descend donc sur le refuge pour déjeuner: excellente « croute du col Agnel » et farniente sur la terrasse jusqu’à tard dans l’après-midi.
Vendredi 31 mars: Il faut maintenant commencer à descendre mais au préalable sur le conseil de « Mimile » gérant du refuge Agnel on monte au col de Foréant puis au pic du même nom (3081m) : vue superbe jusqu’au Mont Blanc et les Ecrins. La descente jusqu’au gite des Arolles à Molines en Queyras est très longue, en dessous de 2200m il n’y a plus de neige mais on n’est pas pressé, les villages et hameaux traversés sont magnifiques.
Samedi 1er avril : Après six jours de beau temps le temps change et nous arrivons à Saint Véran sous la neige mais assez tôt pour écourter très légèrement notre séjour et éviter notamment des difficultés de circulation; nous prenons donc le chemin du retour à la maison.
Magnifique séjour : paysages grandioses, accueil chaleureux dans des refuges et gites confortables, une gastronomie soignée et le tout à prix raisonnable!
Merci et bravo à tous, pour la bonne ambiance, la patience et la détermination manifestées.

JMF

les photos de philippe par ici

les photos d’Isabelle par là

compteur gratuit