Crêtes Lurtet 2500m – Crampettes 2484m Soums det Coucut 2361m et 2356m

Spécialiste encadrant électif ou plutôt encadreur (et non pas entartreur) électoral, après avoir proposé la sortie détaillée ci-dessous une veille d’élection, je vous donne rendez-vous le 8 mai après le second tour, un lendemain d’élection. Mais mon implication civique ne saurait s’arrêter là, puisqu’avec le nouveau programme, je serai encore actif lors du premier tour des législatives !

Mon ego ne saurait résister à tant de signes romains, comme un alignement de planètes, pour le grand bien des montagnards et montagnardes de l’ASPTT de France et d’Outre-mer… jusqu’en Aspe, pays chéri des ours. J’ai donc décidé de créer le mouvement « En M….ontagne » et je vois déjà plein d’énergies positives qu’y vont s’y coller ! Excusez-moi, narcissique ce jour d’hui, vous lirez donc beaucoup de « je », « j’ai », moi, me, mes, ma… car désormais je cultive ma vente, promotionne mon image…

Ce matin de veille d’armes pour constituer ce mouvement – qui n’est pas un parti mais plutôt un « parti-pris » – une petite équipe de 5 se trouve réunie. Dans la crise de vigilance sécuritaire ambiante, on note un laisser-aller sur « le porté » DVA, crampons et pelle qui ne fait pas le plein de suffrages. Très vite en jambes, depuis Barèges, le parking du Tournaboup et le pont de Gaubie, un gros mur vertical sera trouvé sous le barrage Dets Coubouts que nous esquiverons vers l’ouest (on ne parle plus de gauche ou de droite, il faut raisonner désormais par azimuts). La neige oblige au cramponnage pour 80% des inscrits sur la liste électorale du jour. Ensuite, une campagne facile démarre jusqu’en dessous du Soum Det Coucut. Pour rejoindre la crête du Lurtet, j’organise mon premier grand meeting fondateur afin de préciser les stratégies de vigilance et d’orientation, ne pas oublier la convivialité, et l’atout majeur, coller le gâteau de Christiane qui permet de bien se repaître. Le mouvement bien soudé semble avoir tout bien compris, les porte-paroles s’affairent sur les ondes, les téléphones sonnent, les sms Orange arrivent et la crête est rejointe sans opposition apparente d’idées. De là, le Lurtet promis, son col atteint, nous gagnons ce dernier promontoire. Bicéphale, le sommet n’est pas au centre, pas à droite, pas à gauche, et donc d’étiquette nord-sud : de quoi perdre la boussole… Mais la politique insatiable de l’encadreur ne résiste pas aux 2 bosses d’autant que les militants en veulent aussi toujours plus, il faut donner du plaisir au peuple, Néron en son temps l’avait aussi compris. Avant de monter on a abandonné les sacs que nous retrouverons pour déjeuner ; en campagne électorale, il est primordial que les estomacs soient bien calés et aussi arrosés et paradoxalement, il vaut mieux rester léger étant souvent sur siège éjectable… les chutes sont douloureuses. Accessoirement, il fait beau, il y a plein de choses à voir, on refait le monde, une bande de potes. Bref du pur bonheur cette veille de scrutin !

Mais la suite pose pb : un courant de militants encartés frondeurs s’oppose à l’abandon du sac pour aller au Pic des Crampettes. Une réflexion profonde d’origine éléphantesque propose le suffrage universel pour une primaire dont le résultat est implacable, inattendu et secret : oui au sac 40% ( les philippistes et genevièvistes), abstensions 40% (les jeanmarinistes et mylénistes), non au sac 20% pour les antoinistes minoritaires et isolés du jamais vu sur la scène exagonale ASPTT ! A vouloir soulager mon camp, je perds mon naturel et mon énergie… Rattrapé par mes affaires je concède que c’est la dernière fois que je propose une primaire au peuple ASPTT, désormais je ne laisserai aucune initiative à ce front républicain béarnais qui s’oppose à un catalan. J’agirai en despote éclairé et ça commence tout de suite. Au pic des Crampettes, je renonce au supplément de crêtes hasardeux (il aurait fallu prendre en otage des électeurs, les pendre à la corde), j’engagerai la descente sur le fil de l’arête et très vite vers le Sum Det Coucut. Je propose un bout de crêtes vers le second Coucut, je renonce au retour élégant pour protéger mes disciples et la jeunesse de mon mouvement, enfin j’emballe pour un dépouillement du scrutin dans la descente rapide avec une conclusion ensoleillée. Pour le reste, l’événementiel, on a aussi bien fêté mon anniversaire, j’ai même eu des cadeaux considérables mais pas en vestimentaire, dommage, seulement sur le calcul de mes déplacements électoraux en blanchiment d’argent frais.

Un grand Merci aux différents courants qui m’accompagnèrent dans cette aventure pré-électorale, n’oubliez pas de porter la bonne parole pour le 8 mai car rien n’est gagné, les échéances ASPTT arriveront les unes après les autres, les unes derrières les autres, le nouveau programme sera bien lourd et parsemé d’embûches, il y a du boulot pour tous. Etape par Etape, il nous faudra construire sans nous égarer, sans sortir du chemin et d’abord nous regrouper, nous remotiver pour la Petite Arcizette qui reste une élection cruciale ; venez nombreux, rassemblez autour de vous, essayez de convaincre les trop nombreux indécis, ramenez à vous les opposants. Ayez confiance dans mon avenir!! Tous avec moi ! Longue vie à « En Montagne ».

Votez pour moi. Merci. Ouf. Terminé.

Antoine.

les photos de Philippe et Gene par ici
mon compteur